Vernier retombe dans ses travers

Imprimer

Séance étonnante du Conseil Municipal de Vernier mardi soir. Alors que plane sur la commune le spectre d’un retour de Thierry Cerutti aux prochaines élections, les partis se sont livrés à des passes d’armes de bas étages.

Rapidement, il est apparu clairement que l’alliance PLR-Verts-PS est en train de renaître de ses cendres. Aucun des élus de ces groupes n’a souhaité voter pour un texte déposé par Stéphane Valente (liste MCG) concernant l’abattage d’arbres. Argumentant d’abord que le texte ne respectait pas le droit supérieur, ces élus ont été bien empruntés lorsque des amendements ont apporté une réponse au problème. Visiblement résolu à balayer toute proposition signée de leur collègue, ils ont mêmes demandé en cours de débat que le texte soit retiré afin de le redéposer co-signé! Au final, c’est même la prise en considération qui a été refusée. Hasard amusant, 2 heures avant la séance, les médias relayaient une pétition des verts de la Ville de Genève demandant à peu près la même chose que Stéphane Valente. Heureusement que le ridicule ne tue pas. Le Conseil administratif, chargé par un vote de ce même municipal de se doter d’un plan d’arborisation depuis 12 mois, n’a même pas profité de ce texte pour faire avancer un dossier qui dort dans ses tiroirs. Dommage.

Autre débat, même tactique. Devant un texte proposant que la commune se saisisse du problème climatique, c’est le Conseiller Administratif Vert qui est monté aux barricades pour le contrer. Un comble. Argumentant que les rapports des experts internationaux ne concernent que l’Etat, et donc pas une commune, Verts et Socialistes ont refusés ce texte qui proposait notamment que la commune publie une brochure de recommandations des bons gestes pour le climat à ses habitants. Il est utile de rappeler que le principe de décentralisation figure parmi les piliers des Verts et que lorsque les lois (dont la Constitution) évoquent l’Etat, c’est bien tous les pouvoirs de notre démocratie qui sont concernés, communes comprises. Le député-maire l'ignorait...

Dans ce débat, c’est toute l’approche vis-à-vis des dérèglements climatiques qui apparaît. Pendant tout l’été, le message porté par la gauche a été d’écouter les experts et d’agir. Ces partis ont appelés à manifester pour cela. Ce texte, qui reprenait notamment l’ancienne action « pipi sous la douche », ne proposait rien d’autre. Sauf que la gauche n’en était pas l’auteure. Dès lors, elle ne lui a laissé aucune chance. Lamentable. Surtout, les actions proposées étaient simples, non-culpabilisantes et accessibles à tous. A croire que la seule manière de communiquer du PS et des Verts sur le sujet soit de manifester, culpabiliser et dramatiser. Stérile et même dangereux.

Le spectacle offert par la majorité de Vernier s’est éternisé dans cet affrontement peu intéressant, les Verts tombant même dans la défense incompréhensible d’une poignée de squatters, qui coûtent une petite fortune à la commune (plus d’un million en 6 ans!) et privent la population d’une parcelle idéalement située. « il faut laisser les gens vivre leur expérience alternative » a expliqué le Conseil administratif. A ce tarif, on se demande où est l'intérêt des verniolan-e-s.

Le bilan de cette soirée décentralisée n’est pas très réjouissant. Alors que les partis s’affrontaient, c’est bien les intérêts des habitants de la commune qui sont passés aux oubliettes. PS-Verts et PLR feront tout pour garder le monopole du pouvoir. Quitte à passer outre leurs propres valeurs. On parie? l’alliance "contre nature" PLR-Verts-PS sera reconduite.

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.