Le discret dénigrement anti-homme qui dessert la gauche

Imprimer

Le Matin dimanche puis 24 Heures et enfin la Julie se sont fait l'écho de la publication d'une statistique relative aux homicides entre conjoints en Europe et en Suisse. Il ressort de l'article que beaucoup de femmes meurent de leurs conjoints, très peu d'hommes et que la Suisse se distingue en Europe par un taux élevé. Le meurtre de sa conjointe est un crime horrible que rien ne pourrait justifier et cet article met le doigt sur un problème de société réel, préoccupant et qui affecte particulièrement la Suisse. Hélas, il a provoqué une cascade d'intox, partie apparemment de Solidarités Vaud. Dans un post Facebook, le parti de gauche reprend l'article en affirmant que la "principale cause de décès des femmes de 15 à 44 ans est le féminicide". Depuis, l'affirmation se répand.

Cette affirmation est totalement fausse. Certains dirons que la différence entre "la majorité des homicides qui touchent les femmes de 15 à 44 ans sont des féminicides" n'est pas loin de "la première cause de mortalité des femmes de 15 à 44 ans sont des féminicides", mais en réalité un fossé abyssal sépare ces deux affirmations.

Selon l'OFS (chiffre de 2016), la première cause de mortalité des femmes de la classe concernée est le cancer (tumeurs malignes, plus de 180 décès), les accidents (150), les suicides (80), etc etc. Lorsque l'article évoque les 25 femmes mortes de féminicides par année en Suisse, il apparaît immédiatement peu probable, même sans connaître la réalité montrée par l'OFS, que ce soit effectivement la première cause de mortalité.

Pourtant, l'affirmation est relayée depuis lundi des dizaines de fois, dont beaucoup par des militants ou élu-e-s de gauche, évidemment avec des messages outrés. En pleine campagne électorale, surfer un peu sur la vague #metoo semble porteur à gauche. Là, ça vire au cauchemar. En s'appuyant sur une affirmation fausse au point d'en paraître grotesque, les partis et militants de gauche ne montrent qu'une chose. Ils ne réfléchissent pas et se montrent peu à même de garder la tête froide. Surtout, par ce manque de crédibilité dans les infos relayées, ils desservent une cause indispensable à mettre en avant: la lutte contre les violences entre conjoints.

Lien permanent 1 commentaire

Commentaires

  • La pub mensongère a encore de beaux jours devant elle ...

Les commentaires sont fermés.