Manger la politique par les racines

Imprimer

La campagne nationale bat son plein, mais celle des municipales du printemps prochain se déroule en parallèle. Ce week-end, c’est le candidat vert à la mairie de Vernier qui a demandé sur les réseaux sociaux à adhérer au Réseau d’échange de Vernier, au doux nom de REV. Démarche amusante.

Cet employé de Robert Cramer, député en Ville de Genève, désigné en février dernier au détriment d’une excellente candidate et des principes d’égalité de son propre parti, développe depuis des mois une intense activité dans la deuxième ville du canton. Soutenu par un Conseil Administratif non-moins actif, il est de toutes les inaugurations et de toutes les cérémonies officielles. Fête des écoles, défilé des promotions, ce député de la Ville de Genève rattrape en quelques mois ses 20 ans d’absence dans la commune.

Elu dans la commune, il l’a été dans les années 1990. Il y avait notamment déposé la motion « halte à impérialiste de la Ville de Genève », pour dénoncer l’emprise immobilière de Genève sur Vernier. A plus d’un titre paradoxal, puisqu’une fois élu en Ville, il avait vite oublié ses anciens combats et son ancienne ville. Opportunisme, quand tu nous tiens!

Pour se défendre, il chante à tue tête que même si son logement réel est en ville de Genève, sa vie est à Vernier, ses activités sont à Vernier. A son parti, il avait même promis de déménager dans la commune au premier mars dernier, brandissant un pseudo bail (propriétaire: un magistrat de son propre parti qui quelques jours plus tard, niait ce projet).

Alors que je présidais la section des Verts de Vernier, je n’ai jamais eu l’opportunité de le voir, ni de le lire, ni même de l’entendre à une quelconque activité de la commune et de sa section politique. A une semaine près, il se serait certainement porté candidat au siège d’Esther Alder en Ville de Genève, mais voilà: elle a démissionné une semaine trop tard, ce que d’aucuns se réjouissent. Courageusement, il rame cependant entre deux citernes. Forum des habitants de Vernier? il es là, actif dans un groupe de réflexion, arguant qu’il a déménagé chez une parente à quelques centaines de mètres de son domicile, mais du bon côté de la frontière.

Cette suractivité détone à plus d’un titre. D’abord, parce que les autorités de la commune sont secouées par plusieurs affaires, dont une concerne directement le Conseil Administratif qui semble craindre plus que tout une transition du pouvoir qui apparaît aujourd’hui plus que nécessaire. Ensuite, parce que cet homme est indirectement lié à une autre affaire, fort heureusement pour lui couvert par la confidentialité. Enfin, parce qu’à en faire des tonnes, ce candidat montre un visage méprisable de la politique. Celui des petites combines, du mensonge devenu aussi courant que la poignée de main, de la compromission derrière les sourires de façade. Des ambitions qui écrasent l’éthique. Bref, de tout ce dont nous n’avons vraiment pas besoin. Si ce député est intouchable, c'est bien par son statut d'employé et ami de Robert Cramer. Bien que n'ayant jamais pris de risque en prenant une responsabilité de premier plan dans son parti, il est du cercle des professionnels de la politique. Au point de faire craindre que Genève devienne une démocratie à la française. Non merci.

Pourquoi ce billet aujourd’hui alors que ce cirque se déroule depuis 6 mois? La raison est simple. J’ai été à l’origine du projet de Réseau d’échange de Vernier auquel ce député de la Ville veut aujourd’hui adhérer. Une belle tentative de créer un SEL (système d’échange limité) dans la commune. Les débuts ont été promoteurs, mais tout s’est arrêté il y a… 9 ans, ce que les Verts savent parfaitement! La page de présentation encore active sur les réseaux sociaux avait simplement été oubliée.

Vernier mérite vraiment mieux que cette comédie des Verts et des socialistes, qui prêtent leur réputation à des jeux politiques minables, bien que parfois forts distrayants. La seconde ville du canton a urgemment besoin d'un gouvernement pluraliste, où majorité et opposition sont enfin représentés.

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.