02/12/2018

L’automne du capitalisme?

Sale temps pour les démocraties occidentales alors que MBS tout sourire se tape dans les mains avec Poutine. Le phare de l’occident, auto-proclamé pilier de l’« axe du bien » il y a quelques années, s’est doté d’un président improbable, ploutocrate assumé, qui divise son pays. Dans la vieille Europe, l’UE divorce d’avec l’Angleterre avec fracas. L’Italie brave l’Union avec un budget trop dépensier, l’exécutif allemand vacille. En Suisse, ce sont les moeurs politiques qui font la une pour des excès d'un nouveau genre pour des élus. La France, elle, voit émerger un mouvement de grogne populaire inédit. Dans l’un de ses département d’Outre-mer, l’Ile de la Réunion, les gilets jaunes paralysent même toute l’île. A Paris ils cassent, protestent et incendient et sont partis pour le faire chaque semaine. Le gouvernement tente de distinguer casseurs et manifestants, mais si, malgré tout, il y avait un point commun à tout cela?


Dans les colonnes du journal Le Monde, Gérard Noiriel, un historien français bien connu, analyse le mouvement des gilets jaunes avec finesse. Le mouvement inédit, parfois comparé aux jacqueries d’Ancien-Régime, étonne. Par son ampleur, par le fait qu’il s’émancipe de toutes les formations politiques et syndicales, et par sa capacité de renouvellement alors même qu’il présente un visage désorganisé, spontané, parfois impulsif, violent, insondable avec des revendications pléthoriques et très variées. Parfois contradictoires. Certains cassent et assument, d’autres se taisent face à eux quand d’autres encore refusent de cautionner.

Les observateurs s’accordent à définir ce mouvement de grogne comme un mouvement issu de la classe moyenne. Cette même classe moyenne décrite comme en voie de disparition par de nombreux économistes depuis plus de 10 ans, avant même la terrible crise économique de 2008.

Il y a une année, une brochette d’économistes de référence sous la direction de Lucas Chanel et Thomas Pinketty publiaient un rapport sur les inégalités mondiales. Une étude alarmante qui montrait que les disparités de richesses se sont considérablement creusées depuis quelques décennies. Surprise cependant. Là où le monde entier connait un creusement profond des inégalités, l’Europe s’en trouve en partie épargnée.

A la chute de l’URSS et en 5 ans seulement, le 10% le plus fortuné du pays a capté presque la moitié du revenu national (alors que ce taux était à 25% seulement en 1991). Aux Etats-Unis, ce taux en constante augmentation atteint aujourd’hui 47%, à peine plus qu’en Chine « communiste » (41%). L’Europe, avec son taux de 37% apparaît dans cette étude comme la plus égalitaire région du monde, en sorte que les disparités y sont moins marquées que partout ailleurs. Alors quoi? Simplement, ces inégalités se creusent.

Le plus intéressant du mouvement des gilets jaunes est peut-être de remarquer que l’essentiel de la contestation est portée par une population qui traverse de réelles difficultés, mais qui ne se situe pas tout en bas en terme de captation des revenus nationaux. Ce ne sont pas les pauvres qui manifestent, mais ceux qui voient leur avenir s’assombrir. La même population qui représentait le coeur de la Révolution française de 1789. Ceux qui ont encore espoir qu’il peuvent faire partie des gagnants alors que ces derniers cloisonnent de plus en plus leurs privilèges, voire se rendent inaccessibles.

La Révolution Française avait été le triomphe de la bourgeoisie et du libéralisme. Tout Marx sort de là. Si ce dernier pariait dans l’effondrement inéluctable du capitalisme, son idée qu’il devait être remplacé par un pouvoir ouvrier aura été une douce utopie. La cause prolétarienne a cessé depuis bien longtemps d’animer les échiquiers politiques d’Occident et le libéralisme a vaincu le bloc de l’Est. Les gilets jaunes nous montrent cependant que peut-être, Marx n’avait pas tort sur tout. C’est de lui-même, que le capitalisme montre aujourd’hui ses plus grandes faiblesses et bien malin celui qui saura dire jusqu'à quand.

11:47 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

"son idée qu’il devait être remplacé par un pouvoir ouvrier aura été une douce utopie." Contre-sens. Les communistes ne sont pas ouvriéristes, c'est considéré comme une déviation. "Les masses sont trade-unionnistes", Lénine. Les communistes sont l'avant-garde du prolétariat et veulent le pouvoir pour eux...

Écrit par : Géo | 02/12/2018

"Sale temps pour les démocraties occidentales alors que MBS tout sourire se tape dans les mains avec Poutine."
C'est vrai:

https://www.rt.com/news/445272-putin-trump-mbs-highfive/

Mais côté "démocratie", pourquoi vous avez oublié ceci:

https://www.rt.com/news/445285-macron-mbs-argentina-g20/

Ah, c'est vrai, la france n'est pas une démocratie.

"Tout Marx sort de là."

J'ai comme un doute: qu'avez-vous lu de Marx?

"Si ce dernier pariait dans l’effondrement inéluctable du capitalisme,"

Ceci est une preuve que vous ne l'avez pas lu ou que si vous l'avez lu, vous ne l'avez pas compris. Parce que vous croyez que l'histoire est terminée? Parce que vous croyez que le bloc de l'Est était "communiste" ou marxiste? A l'Est ce n'était qu'une autre forme du capitalisme, un capitalisme monopolistique d'Etat. Comme en Chine. Vous confondez grave les étiquettes avec les contenus. Qu'il suffise de dire que le parti unique n'est pas dans Marx. Les contradictions du capitalisme telles qu'analysées par Marx sont toujours là. Il manque seulement des intellectuels pour analyser l'état du capitalisme global, car ceux-ci à une ou deux exceptions près ont tous rejoints les rangs de la bourgeoisie pour gérer le capitalisme, même ceux qui se prétendent de "gauche".

Marx a soutenu la Commune contre les Versaillais. Nous savons qui sont les versaillais d'aujourd'hui.

Écrit par : Daniel | 03/12/2018

Intéressante signification de la couleur "Jaune", elle éveille la lucidité et la clarté!!! Le besoin de réfléchir et d'analyser pour mieux comprendre! C'est assez claire non? Le jaune est un stimulant psychique!

Écrit par : Dominique Degoumois | 04/12/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.