09/01/2017

Se tourner vers Mercure

La déclaration dans la Julie du directeur du centre commercial de Meyrin mérite un prix. Intervenant pour commenter les difficultés du commerce de détails en Suisse, face à la concurrence française, il réussit à déclarer: « Je reste convaincu que ce n’est pas moins cher en France ». Alors là chapeau!

 


Il suffit pourtant à ce brave homme de faire quelques kilomètres pour arrêter de dire des bêtises. Depuis que le franc s’est renforcé subitement, la différence des prix de part à d’autre de la frontière connait des sommets. Pour l’alimentation, c’est à devenir fou. Les mêmes produits de l’industrie alimentaire peuvent allègrement passer du simple au double. Ce n'est pas pour rien que les genevois sont fort nombreux à traverser la frontière pour remplir leurs caddies.

Il n’est pas inutile de rappeler que la France connaît un taux de TVA bien supérieur à celui de la Suisse. De plus, lors de la fin du taux plancher, les prix n’ont pas beaucoup bougé en Suisse alors que le franc a « gagné » du pouvoir d’achat. Dès lors, les convictions de ce directeur ressemblent plus à une invocation à Mercure, dieu du commerce, qu’à une analyse réfléchie. il est évident que les Suisses sont les dindons d’une mauvaise farce, commencée bien avant janvier 2015 et la fin du taux plancher. 

Ecologiquement, les files de voitures qui se ruent en France pour faire leurs courses sont une aberration. Economiquement ça peut devenir un salut. Alors on en appelle au patriotisme, qui a bon dos pour justifier tous les abus. Reste ce sentiment fort désagréable d’être pris en otage par un pays qui possède un niveau de vie très élevé et attise les convoitises. 

Mercure est le dieu du commerce, mais aussi celui des voleurs. Tiens, là aussi les grecs avaient bien observés les choses…

 

19:43 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.